• Monsieur Hermouet bonjour, tout d’abord présentez -nous votre association, quels sont les gens qui la composent ainsi que ses objectifs?

Notre association Club Sportif des Sourds de Montpellier ( CSSM ) permet de regrouper différentes activités sportives, telles que le football, le volley-Ball , la pétanque ainsi que l’évasion secteur,  organisant des randonnées extérieures. Par le passé nous avions aussi des secteurs comme le badminton, le handball , le basket … mais qui par manque d’effectifs ont dû fermer. Etant affiliée à la FFH, Fédération Française Handisport , notre association permet à des personnes sourdes d’évoluer dans des compétitions officielles à travers les activités sportives de leurs choix. Notre association est constituée d’un Bureau comme dans l’ensemble des associations à savoir Un Président , Un Secrétaire, et Un Trésorier.

D’autres membres du Conseil d’administration complètent ce bureau afin d’avoir une meilleure communication entre secteurs , permettant ainsi d’alléger le travail et de se répartir les tâches à accomplir lors des multiples évènements que nous organisons .L’objectif est avant tout de permettre à des personnes sourdes de pratiquer une activité sportive sans être confronter à la barrière de la communication qu’il peut y avoir lorsque celle-ci évolue dans un club dit  « valide ».

  • Outre le championnat organisé par la Fédération Handisport et essentiellement et/ou exclusivement composé de sourds auquel vous avez l’habitude de participer. Vous vous êtes inscrits cette année et cela pour la première fois , dans le championnat dit « des valides » et donc au plus bas échelon du district de l’Hérault en départementale 5 c’est bien cela ?

Oui c’est bien cela, c’était un projet qui nous tenait particulièrement a cœur et comme on le sait tous, chaque équipe «valide ou non»  inscrite dans un championnat pour la première fois démarrera au plus bas des échelons, en départementale 5.

  • Alors pour les joueurs amateurs que nous sommes , expliquez-nous , un match de football se passe tout à fait différemment pour vos licenciés, les joueurs n’entendent ni l’arbitre, ni les indications orales de leurs coéquipiers? 

Effectivement par le passé j’ai eu l’occasion de jouer dans une équipe dite « valide » , et comme j’étais le seul sourd de l’équipe , j’ai dû m’adapter en développant certaines intuitions pour comprendre comment mes partenaires jouaient.​Dans le cas de notre équipe on retrouve très vite cette différence qu’il y a entre une équipe valide et la nôtre .

En effet, la plus grosse différence reste sans doute l’analyse du jeu qui ne nous permet pas d’anticiper chaque situation et/ou chaque action à vitesse réelle .

Il y a, et il y aura toujours, un décalage dans la transmission car, de par notre handicap, nous ne pouvons pas mettre en application les consignes de jeu oralement. Nous avons l’habitude de dire l’équipe entendante ou les entendants donc je reprendrais ce terme, chaque joueur entendant a cette facilité à pouvoir guider son partenaire soit dans la transmission orale, soit dans l’anticipation d’une action adverse et faisant des appels. Et donc d’avoir une meilleure analyse sur le déroulement du match.

Pour nous tout est exclusivement visuel, c’est à dire que l’on doit être capable de poser un regard sur tel ou tel action adverse, tout en appliquant notre schéma de jeu. Regarder où se trouve l’adversaire au moment d’une action, regarder où se trouve nos Partenaires et se situer dans l’espace. Comme vous l’avez compris nos yeux sont notre seul moyen de communication, ce qui demande beaucoup de concentration et d’énergie pour pourvoir jouer le plus vite et précisément possible en un temps restreint.

Pour ce qui est des arbitres, chacun d’entre eux sont munis d’un foulard qu’ils devront agiter en cas de décisions sur le jeu ( fautes, hors-jeu…). L’arbitre siffle et agite le foulard dans ces décisions, et là encore nous devons analyser ces situations qui ne sont pas faciles car certaines s’effectuent hors de notre champ visuel et donc ne pouvons stopper le jeu. Ils nous arrivent de continuer certaines actions faute d’avoir pu voir l’arbitre secouer le foulard ! De manière générale nous ne sommes pas sanctionnés sur ce genre de situation ! Fort heureusement ! (rires)…

Il y a d’autres situations qui, là par contre, nous accablent, voir nous pénalisent ! Par exemple lors d’une rencontre, un arbitre a agité son foulard avant de finalement laisser l’avantage au jeu. A contretemps nous nous sommes arrêtés de jouer comprenant qu’il y avait décision de la part de l’arbitre, mais le jeu a continué et l’équipe adverse a marqué. Frustration, colère et injustice de notre côté mais l’arbitre n’a rien voulu savoir !

Il faut savoir qu’en départementale 5 nous n’avons pas d’arbitres officiels, cela se fait au tirage au sort, si l’équipe adverse remporte le Toss et qui ont l’arbitrage du match , ils ne seront pas informés ni préparés à arbitrer ce genre de match. C’est la raison pour laquelle nous allons sans doute  faire une demande particulière afin d’obtenir des arbitres qui ont l’habitude d’arbitrer ce type de matchs un peu extra-ordinaire pour que ce soit un peu plus équitable ….

  • C’est extraordinaire c’est le moins que l’on puisse dire, malgré toutes les difficultés rencontrées par les clubs amateurs aujourd’hui, faire la rencontre de personnes impliquées comme vous dans l’associatif est très enrichissante et stimulante pour notre secteur. Nous essaierons d’accompagner vos premiers pas de la meilleure des façons et nous vous souhaitons une belle réussite pour cette saison.